Aux Parcelles Assainies: Des vendeurs veulent la fin du couvre-feu

0
70

L’entrée en vigueur du couvre-feu à 21heures n’a rien changé sur l’activité économique de certains vendeurs et boutiquiers rencontrés aux parcelles assainies. Ils profitent des derniers instants pour écouler leur produit pour avoir de quoi subvenir à leur besoin.

Ainsi ils exigent la fin du couvre-feu afin de mieux travailler dans la quiétude.

Reportage Moustapha Diakhité

Des vendeurs de brochettes, des boutiques, gérants de fast-food, vendeuses de bouillies, sont nombreux les vendeurs qui rangent tardivement leurs marchandises aux parcelles assainies, pour rentrer chez eux avant 21h. A 10 minutes du couvre-feu, ces vendeurs continuent leurs activités. L’objectif, selon eux, est d’avoir de quoi subvenir à leurs besoins. Un fait que nous confirme cette mère de famille, trouvée en train de vendre du couscous. « C’est trop dur! souvent la vente ne marche pas et dans ce cas on peine à subvenir à nos besoins. On rend grâce à Dieu mais c’est dur cas même! »

L’entrée en vigueur n’empêche pas certains vendeurs d’écouler leurs marchandises. Des clients viennent en masse pour acheter leurs besoins. Propriétaire d’une boutique, Thierno souhaite la fin du couvre-feu, afin de mieux travailler dans la quiétude. « Si on nous laisse travailler toute la journée on s’en sortira bien. Mais là, c’est vraiement dur! il y a des produits qu’il faut forcement vendre la nuit sinon ils vont pourrir. Vraiement  nous prions pour la fin du couvre-feu »

21h passées, la musique anime toujours ce fast-food. Un client qui vient d’acheter ressort pour rentrer pour rentrer chez lui. Jean, le gérant s’apprête à fermer. Mais selon lui, le couvre-feu n’est pas la solution pour freiner la progression de la maladie. »

Vivre avec le virus est la solution d’après notre source, qui précise que les mesures barrières sont toujours respectées dans son fast-food. « Moi, je constate que le couvre-feu n’est pas efficace car les cas continuent d’augmenter. L’Etat doit trouver une autre solution car nous sommes fatigués »

Les vendeurs se disent peinés par le couvre-feu complique le quotidien. Ainsi, ils souhaitent une levée de cette mesure afin de mieux exercer leurs métiers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici